The Revenue Streams for African Musicians project

Aider les professionnels de la musique africains à générer davantage de revenus de leurs activités.
Participants à la phase pilote
3,000
Provinces RSA - Recherche
9
Pays de la phase pilote
1
Durée (mois)
18

PHASE PILOTE EN AFRIQUE DU SUD

Le projet Revenue Streams for African Musicians (RSFAM) collectera et analysera de grandes données sur les tendances en matière de revenus des professionnels de la musique en vue de traduire ces résultats en modèles de revenus définitifs viables pour les musiciens dans différents cadres géographiques; offrir des formations, des contenus éducatifs et des outils numériques liés aux modèles identifiés; et plaider pour l'élaboration d'une législation pertinente pour soutenir l'industrie de la musique.

Principaux objectifs

Aider les musiciens africains et les acteurs du secteur à générer plus de revenus et à prendre de meilleures décisions en matière de revenus, en leur fournissant des données fiables, des informations statistiques, des analyses, des outils pratiques et des contenus éducatifs basés sur les sources de revenus viables sur le continent; identifier les principales sources de revenus pour les musiciens africains; mener un plaidoyer éclairé en faveur de cadres politiques et réglementaires qui répondent aux défis de l'industrie musicale africaine dans un environnement numérique en mutation ; et promouvoir le développement et la professionnalisation de l'industrie musicale en Afrique.

POINTS FORTS

Les recherches existantes indiquent que l'Afrique représente un très faible pourcentage des revenus musicaux mondiaux, la majorité des musiciens vivant en Afrique gagnent nettement moins que leurs...

Le projet de recherche « Revenue Streams for African Musicians » (RSFAM) est une initiative majeure de la Fondation Music In Africa pour fournir aux professionnels africains de la musique des...

La Fondation Music In Africa (MIAF) a annoncé le lancement du projet Revenue Streams for African Musicians, (Sources...

APERÇU

Un objectif clé de cette initiative est d'établir un système de recherche évolutif pour le secteur de la musique africaine qui évaluera et fournira une analyse détaillée en relation avec la façon dont les créateurs de musique gagnent de l'argent dans un pays africain donné. Cette analyse rigoureuse vise à identifier un cadre de référence des sources de revenus disponibles pour les musiciens dans chaque pays, tout en offrant une base fiable, permettant aux praticiens d’adopter et de maximiser les sources de revenus existantes et à venir qui sont pertinentes et spécifiques à leur travail. La phase pilote en Afrique du Sud se déroulera sur 18 mois et proposera :

 

1. Recherche, analyse, cartographie et bilans

Il s'agit d'un processus de recherche basé sur des données et des méthodes croisées, qui fournira des statistiques sur les tendances en matière de génération de revenus pour les musiciens en Afrique du Sud. Ces données aideront à développer un ensemble de modèles de revenus viables. Une plate-forme Web innovante sera utilisée pour collecter et présenter ces données, appuyées par des recherches sur le terrain, des consultations avec des acteurs clés de l'industrie ainsi que des données existantes.

2. Renforcement des compétences

Une fois les modèles de revenus identifiés, il sera essentiel de former les praticiens à utiliser pleinement des modèles durables. Nos résultats éclaireront la formation et le développement du contenu didacticiel, dont un outil de recommandation de modèle de revenus innovant qui guidera les praticiens pour découvrir des modèles qui correspondent à leur profil. Des ateliers de formation cibleront les participants de toutes les provinces d'Afrique du Sud, en particulier les praticiens issus de groupes défavorisés et sous-représentés.

3. Plaidoyer en faveur de changements politiques

Afin de renforcer notre plaidoyer et de susciter des changements positifs dans l'intérêt des praticiens, le projet mettra en place un comité dédié à l’étude attentive des tendances en matière de revenus en rapport avec les politiques et la législation existantes, dans le but d'identifier les obstacles, de proposer des recommandations législatives et d’instaurer un dialogue avec les organes compétents en Afrique du Sud

PARTENAIRES